L’Isle

Caractéristiques générales

Le bassin versant de l’Isle représente une ensemble hydrographique que constitue le qui s’étend sur la région Nouvelle-Aquitaine et 6 départements (Charente, Charente-Maritime, Dordogne, Haute Vienne, Corrèze et Gironde), drainant une surface de 7535 km². Ce grand ensemble appartient au bassin versant de la Dordogne dont la superficie est de 24 00 km², lui-même rattaché au bassin Adour Garonne.

La rivière Isle gérée par le SIETAVI s’étend de la confluence avec la Dordogne (Libourne) à la limite entre les départements de la Gironde et de la Dordogne (Saint Antoine sur l’Isle et Gours). Le SIETAVI gère un linéaire de 55 km.

L’Isle est un cours d’eau domanial appartement au domaine public fluvial. Sur le périmètre de compétence du SIETAVI, deux sections bien distinctes de l’Isle sont identifiées :

  • L’Isle canalisée en amont du barrage de Laubardemont, s’étend sur environ 25 kilomètres et a été radiée de la nomenclature des voies navigables.
  • L’Isle soumise à l’influence des marées en aval de Laubardemont, s’étend sur un linéaire de 30 km, secteur navigable inscrit au domaine maritime.

Entre Saint Antoine sur l’Isle et Libourne, l’Isle reçoit divers affluents principaux qui d’amont en aval sont : le ruisseau de Courbarieu, la Dronne, le Lary, le ruisseau de Galostre, le Palais, le ruisseau de Lavie, la Saye, et la Barbanne.

L’Isle maritime

L'Isle à Guîtres

Les mécanismes qui régissent le fonctionnement de l’Isle maritime de Coutras (barrage deLaubardemont) à la confluence avec la Dordogne caractérisent la rivière quantitativement et qualitativement.
L’Isle maritime d’un linéaire de 30 km est soumise aux mouvements de marée qui remonte l’estuaire de la Gironde et la Dordogne. Les variations de niveaux d’eau dues à la marée sont très sensibles à Libourne (3 à 4 m selon le coefficient de marée) et jusqu’à 3 m à Laubardemont. L’Isle maritime est concernée par le phénomène de bouchon vaseux traditionnellement localisé sur l’estuaire de la Gironde. Le bouchon vaseux est composé de sédiments très fins apportés par l’amont et bloqués dans l’estuaire par le niveau des marées. Le taux de MES dépasse 1g/l. La conjonction des phénomènes de marée et de niveau des écoulements (crue et étiage) conditionne la position du bouchon vaseux. A l’étiage, le bouchon vaseux remonte d’autant plus haut vers l’amont que l’étiage est sévère. Sur l’Isle en marées exceptionnelles, le bouchon vaseux peut remonter jusqu’à Guîtres. Le début des années 1990 a vu se développer ce phénomène du fait de débits hivernaux anormalement bas et d’étiages estivaux très sévères. Des taux de 3g/l de MES avaient alors été mesurés sur la commune des Sablons. Les matières en suspension trouvées dans l’Isle maritime remontent ainsi pour partie de l’aval du fait de la mobilité du bouchon vaseux fonction des conditions hydrologiques.

Une rivière domaniale

L'Isle à Guîtres

L’Isle girondine présente la particularité d’appartenir au domaine public fluvial sur l’ensemble de son linéaire. L’article L2111-7 du code général de la propriété des personnes publiques (CGPPP) définit le domaine public fluvial naturel comme étant constitué des cours d’eau et lacs appartenant à l’Etat, aux collectivités territoriales ou à leurs groupements, et classés dans leur domaine public fluvial.

L’utilisation du domaine public fluvial est notamment régie par les articles L. 2124-6 et suivants du code général de la propriété des personnes publiques (CGPPP).
Les règles de la domanialité publique ont pour objet de protéger l’intégrité du domaine publique en principe inaliénable.
Le fait de porter atteinte à la protection, à l’intégrité ou à l’utilisation du domaine public peut être sanctionné par une contravention de grande voirie définie à l’article L 2132-2 du CGPPP.
L’utilisation privative du domaine public nécessite une autorisation d’occupation et donne lieu au paiement d’une redevance. Une autorisation d’occupation du domaine public est révocable (art. L2122-3 CGPPP).
En amont de Coutras et du barrage de Laubardemont, l’Isle a été rayée de la liste des cours d’eau navigable, tandis qu’elle reste navigable en aval.
L’article L. 2131-2 du code général de la propriété des personnes publiques institue une servitude de marchepied de 3,25 m sur les propriétés attenantes au cours d’eau domaniaux, espace sur lequel doit être assuré le libre accès pour le gestionnaire, les pêcheurs et les piétons.
La responsabilité civile du propriétaire pour les dommages que pourraient subir le public en empruntant cette zone de servitude ne peut être engagée qu’en raison de leurs actes fautifs (alinéa 3 de l’article précité).

La navigation fluviale

Ecluse de Logerie

Autrefois importante, la navigation commerciale est aujourd’hui inexistante. La navigation touristique s’effectue sur certains biefs de la basse Isle proposant une activité de promenade. jusqu’en 2012, la commune de St Denis de Pile et la Fleur de l’Isle proposaient des parcours sur un chalut en aluminium entre Laubardemont et Saint Denis de pile sur une période s’étendant de mai à septembre avec une activité quasi-quotidienne sur les mois de Juillet et Août.

Un projet de valorisation touristique de la vallée de l’Isle porté par une entente interdépartementale regroupant la Dordogne et la Gironde ambitionne de relancer la navigation sur l’Isle sur le tronçon Mussidan Coutras, voire depuis sa confluence jusqu’à Périgueux. Sur la partie girondine, certaines écluses sont actuellement à l’abandon et nécessiteront la mise en place de travaux pour les rendre fonctionnelle.

Sur la partie aval de Coutras, le comblement progressif dû à l’influence combinée du marnage et de la canalisation de la partie amont, rend certains secteurs, comme celui situé entre Guîtres et Saint Denis, difficilement praticables. Il est important de noter que cette difficulté est à mettre en relation directe avec la présence de seuils naturels sur ce tronçon. D’autre part, il a été souligné le fait que cette navigation est tributaire des niveaux de l’Isle influencée par le marnage, mais également par les régimes hydrauliques (importance des débits d’étiage).

Il est important de souligner en outre la présence de deux obstacles à la navigation :

  • l’écluse de Lapouyade, équipée d’une microcentrale,
  • le canal de Chollet traversée par la route départementale 123 matérialisée par une buse, empêchant l’accès au canal.

Enfin, de manière plus générale, il est observé une augmentation de la circulation sur la partie canalisée de l’Isle (canoë, bateau de pêcheurs, bateau individuel, promeneurs). Des problèmes liés à la vitesse de circulation sont évoqués.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :